Beaux-arts - Fabrication du papier

Il en va du papier beaux-arts comme d'un plat. Une recette pour chaque. Ses secrets de cuisines…Sans divulguer les secrets de la maison CLAIREFONTAINE, voilà quelques éléments techniques et généraux pour bien comprendre et mieux déguster vos papiers d'art.
Ces traitements s'appliquent soit dans la masse (au départ dans la pâte), soit en surface.

Couchage

Le papier glacé subit un couchage, mais il n'est pas utilisé en dessin

Collage

Afin que le papier ne pompe pas couleurs et eaux on le rend imperméable : résinate de sodium, amidon, fécule, gélatine, alun : c'est le collage.

Opacité

Les charges minérales (kaolin, talc, craie, baryte, carbonate de calcium) confèrent au papier son inertie en minimisant ses réactions aux variations hygrométriques. Pour les papiers qui doivent rester translucides (calques) ces charges sont omises.

Poids

C'est le grammage

Epaisseur

Elle n'est pas forcément liée à son poids. Un papier est plus au moins bouffant. Papier bouffant = buvard

Stabilité

Pour un papier de technique humide, le papier doit se déformer uniformément sans gonfler, ou gondoler de manière intempestive.

Blancheur

On rajoute des azurants optiques…au détriment de la longévité (virement au jaune)

 

Voir la gamme Beaux-arts Clairefontaine

 

Inscription

Information

Ce site utilise des cookies pour enregistrer des informations sur votre ordinateur. Parmi ces informations, certaines sont essentielles au bon fonctionnement de notre site. D'autres nous aident à optimiser la visite des utilisateurs. En utilisant ce site, vous acceptez d'utiliser ces cookies. Consultez notre politique de confidentialité pour en savoir plus.